art in progress …

il Blog dell'Arte

MOTHER LOVES YOU

001Des postures statuesques, des corps projetés dans des environnements hétéroclites, des images de personnes traversées par des halos de sacralité, onguents chromatiques qui allègent les visages, les attitudes et les endroits pour promouvoir une lumière précieuse et une paix qui tente d’assourdir la peine de ce monde afin de démontrer cette peine au travers d’allégories pointues.
L’œuvre de Julia krahn pénètre avec une grande nonchalance, parmi les issues les plus courantes – l’importance de l’autre, la coexistence, la convivialité, le multiculturalisme, la charité et la tolérance pour en citer quelque uns – pour mettre en lumière la cruauté de ce monde privé d’amour et qui ne laisse aucune chance à la sympathie ou à l’indulgence. Mais aussi, pour rééduquer le spectateur à travers des frictions poignantes et esthétiques, à la participation et au partage de vie dans une ère du polycentrisme planétaire.
Dans des moments de rêverie et de surréalisme, l’univers esthétique de l’artiste fait naître des atmosphères pleines de tendresse, des habitats mélancoliques et supra temporels, des climats chauds et suspendus qui dessinent une réelle revanche des émotions sur la rudesse du quotidien.

Mutter (2009), Reinheit (2009), Colpa et Benedizione (2010), Dein herz et Mein hertz (2010), Les Evolutionsvariées (2010), Vanitas (2011), Le superbe Ultima Cena, et les Mélancolies variées (WachsendBluehendand Ganz aufgblueht) (2011), sont seulement quelques exemples de projets et d’œuvres qui dévoilent l’attitude de Krahn, une inclination pour redécouvrir à travers le silence et la pureté de la composition, une galaxie généreuse, une beauté idéale nécessaire pour restaurer les rencontres, les enchantements, les contacts avec la nature humaine et son propre cœur – le cœur de l’ artiste – mis à nu – (Baudelaire). Mais également avec une idéologie féminine qui revient souvent dans une réflexion focalisée sur la réception, l’importance de la diversité et de l’altérité, et enfin le cosmos où l’humanité est l’enfant d’un commune destin.
Avec “Mother loves you” l’image de la mère – la mère est corps, terre, esprit, lumière – cela devient le centre d’un cheminement nouveau que l’artiste explore comme une source potentielle qui pourrait être détectée en toute chose. Une femme qui n’est pas seulement la féminité dans toutes ses formes, mais aussi l’espace lumineux de la créativité humaine. D’une extension esthétique et éthique qui, à travers les photographies, les vidéos et les installations spécialement crées pour l’espace “Voice Gallery” de Marrakech, dirige le regard du spectateur vers l’infini recherche de quelque chose en soit, une fois encore, un coeur fragile et agité, un espace lumineux et connecté à la vie.

Grâce à la remarquable dramatisation de la composition et de quelque métaphores climatiques qui divisent l’espace de l’exposition en deux couleurs chromatiques (le bleu et le rouge utilisées dans la préparation du projet sont d’un coté une métaphore pour protéger, une référence précise à l’habit de Marie, de l’autre coté ils représentent le péché, la peine, le sang, l’humanité), Julia Krahn allume une réflexion ironique et déchantée concernant les histoires de religions pour illustrer une expression iconographique de la Vierge, mais aussi celle d’une femme (l’utilisation de jeans, de vernis à ongles réfère à cela), un personnage majestueux en qui l’amour sacré, l’amour profane, le regard spirituel et substantiel se rencontrent pour affaiblir la rigidité et les heurts entre les religions.

Applaus (Applaudissement, le titre d’une double vidéo qui met en lumière la double nature de la femme et de quelques photographies qui transforment la peine en applaudissements), Velo (un tissu bleu avec une impression de visage), Voci (installation sur un mur avec des phrases extraites de la vidéo) Multi Mater Multipla (un vaste papier-peint incluant toutes les œuvres): ce sont les éléments de son nouveau projet; d’une histoire poignante qui vise à reprendre la figure de Marie⁄Maryam. Tout en suggérant une échappatoire essentielle au conflit et à l’hypocrisie, avec une délicate touche d’irrévérence que Krahn utilise pour éviter tout conservatisme et montrer la splendeur d’une humanité palpitante et mordante.

Antonello Tolve

 

JULIA KRAHN MOTHER LOVES YOU

vernissage vendredi 7 décembre 2012 à 19:00h
exposition du 8 décembre 2012 au 10 février 2013

No comments yet»

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: